Uncaught Exception: Could not find closing tag </ss:templates:section>


Debug Info:
- $strSnippet: ' <ss:templates:flexlayout style="justify-content: center; align-items: stretch;" preventwrap="preventwrap"> <ss:templates:testimonial style="margin: 10px;" profileimage="/_public/Controls/Templates/TeamMember/icons/teammember_placeholder.svg" variant="Classic" role="Est-ce vraiment la fin de la bise" name="Anne" bgcolor="#fff"> Est-ce vraiment la fin de la bise ? Peut-être. Le covid-19 a changé beaucoup de choses dans nos vies et, comme toutes les transitions, il offre une opportunité pour même plus de changement. Quand j’avais visité mes amis en France, j’avais toujours besoin de me souvenir de faire une bise. Oublie le « hug »! Souviens-toi de la bise ! Mais combien ? Un ? Deux ? Trois ? Avec QUI ??? C’était un peu difficile à comprendre, mais j’ai aimé la coutume et je me suis sentie un peu plus française. J\'admets que j’étais soulagé de lire que la pratique est quelquefois difficile même pour les français. Comme américaine, je me suis accoutumée à serrer mes amis dans mes bras, donner une poignée de main à mes collègues, ou même faire signe de la main à une groupe au lieu de faire la bise. Mais maintenant, le covid-19 a changé cette équation aussi. Au printemps 2020 l’estimable Anthony Fauci a dit « En tant qu’une société, juste oubliez de serrer la main. On doit briser cette coutume… parce qu’en fait, c’est un des principaux moyens de transmettre une maladie d’origine respiratoire ». Un résident à l’Hôpital Massachusetts General a dit « En tant que normes culturelles , ces choses viennent et vont. Cela semble parfaitement raisonnable que la poignée de main serait une ». J’ai lu que la poignée de main était originalement une méthode d’établir si l’autre personne avait une arme; maintenant c’est une méthode d’établir la confiance. En tout cas, ces habitudes sont difficiles à oublier, et à apprendre. Dans un sondage par Business Insider, 22 % préféreraient faire signe de la main, 15 % ont choisi une salutation verbale, 14 % ont suggéré un hochement, et 8 % veulent s’incliner. Notre espèce est très adaptable. Qui sait que l’avenir </ss:templates:testimonial> <ss:templates:testimonial style="margin: 10px;" profileimage="/_public/Controls/Templates/TeamMember/icons/teammember_placeholder.svg" variant="Classic" role="Sur une vie multiculturelle" name="Laura" bgcolor="#fff"> <p>J’ai grandi entre plusieurs cultures - je suis ce qu’on appelle un enfant (ou personne) de</p> <p>troisième culture (TCI). Mais qu’est-ce qu’est la troisième culture? Et où est-ce qu’il appartient?</p> <p> La troisième culture est une culture familière et étrangère, un mélange de toutes les expériences culturelles d’une jeunesse internationale. Grâce à cette caractéristique, chaque enfant de troisième culture bénéficie d’un cadre unique d’expériences qui informe sa perspective de culture et appartenance. Souvent on entend les TCI disant &lt;&lt;je n’appartiens à nulle part, mais j\'appartiens partout&gt;&gt;. Ce sentiment d’être entre les cultures exige que les TCIs soient adaptables. L’adaptabilité est une des principales qualités des TCIs. </p> <p> Avant mes 13 ans, j’avais une vie ordinaire habitant dans le même quartier de Rio de Janeiro. Toute ma vie on habitait à côté de mes grand-parents et de mes&nbsp; amis, on a grandi ensemble. Mon père était pilote, et en le regardant&nbsp; aller et venir , j’avais une sensation réconfortante d’appartenance dans notre quartier. </p> <p> Cela&nbsp; a changé en 2007 quand mes parents ont décidé de nous déplacer en Corée du Sud. Je me rappelle du jour et de l\'endroit où ils ont annoncé la nouvelle - j’étais en choc sans comprendre ce qu’ils ont dit ou même où sur la planète se trouvait la Corée du Sud. C’était comme ça que ma vie multiculturelle a commencé et que je suis devenue qui je suis aujourd’hui. </p> <p> Dans les quatre années qui ont suivi, je changeais d’écoles quatre fois et de pays trois fois. On est allés du Brésil à la Corée du Sud, retour au Brésil et enfin à Singapour. C’était difficile au début, mais avec le recul&nbsp; cela était très important pour façonner ma vision du monde et développer mon adaptabilité dans toutes les situations et me permet de vivre une vie pleine d’aventures et de nouvelles expériences. </p> &nbsp; </ss:templates:testimonial> <ss:templates:flexlayout style="justify-content: center; align-items: stretch;" preventwrap="preventwrap"> <ss:templates:testimonial style="margin: 10px;" profileimage="/_public/Controls/Templates/TeamMember/icons/teammember_placeholder.svg" variant="Classic" role="Devoir" name="Michel" bgcolor="#fff"> <p> Je me souviens être récemment confronté à ce rituel. C\'était après presque trente ans que je n’ai pas vu mes cousins en France. Quand j’ai rencontré ma cousine Virginie, je lui ai donné une grosse embrassade. Elle a reculé, horrifiée. Ensuite, elle m’a expliqué que les amoureux s\'embrassaient, mais la famille et les amis se faisaient la bise. Nous avons attribué l\'incident à des différences culturelles, et maintenant, je connais la règle. Je crois que la bise va survivre à la pandémie. Elle est trop ancrée dans la culture française pour ne pas survivre. Peut-être que ça va changer un peu. Peut-être qu’on la fera seulement avec nos plus proches au commencement. Peut-être qu’on ne le fera pas au bureau ou dans les soirées avec les moins connus. Mais avec le temps, quand la pandémie diminue, je suis sûr que la bise retournera à la vie quotidienne des français. En attendant, les gens utilisent d’autres manières de se saluer. A l\'aéroport, je vois des gens se cogner les poings ou toucher les coudes pour dire bonjour. Moins fréquent, les gens s\'inclinent ou agitent simplement leurs mains. Mais cela ne peut pas durer - nous sommes des créatures sociales qui ont besoin de contact pour notre alimentation émotionnelle. </p> </ss:templates:testimonial> <ss:templates:testimonial style="margin: 10px;" profileimage="/_public/Controls/Templates/TeamMember/icons/teammember_placeholder.svg" variant="Classic" role="Devoir" name="Silvia" bgcolor="#fff"> <p> Oui, la pandémie nous a changés. Le virus a modifié profondément le comportement de plusieurs personnes. En portant les masques, les yeux sont devenus une importante manière d\' expression, et peut-être même en utilisant les sourcils. Je me souviens quand l\'épidémie a commencé et j\'ai dû arrêter de serrer la main de mes patients. C\' était très difficile pour moi parce que “serrer la main” était ma première connexion avec eux. Je leur disais mon nom, serrais fort leurs mains et les regardais dans les yeux. Aujourd\'hui je ne pense pas à serrer leur main. Alors, je ne sais pas encore si je recommencerai un jour. Au Brésil, je peux dire que tout commence par un baiser. Ça fait partie de la culture brésilienne. Lorsque vous rencontrez un nouvel ami brésilien, il se penchera probablement pour un baiser sur la joue (ou deux !) dès votre première rencontre. Si quelqu\'un vient d\'un pays où ce n\'est pas habituel, cela peut sembler un peu drôle.<br /> Pour moi, c\' est vraiment important, c’est une forme d\'affection. Ma famille et moi avons des amis français, brésiliens, italiens et iraniens en Californie et nous avons l\'habitude de se faire les baisers. Normalement les américains étirent leur cou dans l\'intention de s\'embrasser, mais sont mal à l\'aise pour toucher le visage de l\'autre personne, ou ne demande pas un bisou!<br /> J’avais un rendez-vous récemment avec un petit groupe de parents d\'école de mon fils. Nous étions au Golden Gate Park , en plein air. Tous les parents étaient vaccinés mais je peux dire qu\' il était un peu bizarre d\'être sans masque avec des personnes que je ne connaissais pas bien. Mais je crois que lentement les personnes devenaient plus confortable de socialiser avec d\'autres personnes vaccinées et faire des bisous avec les personnes connues. Seul le temps ainsi que la mémoire des gens&nbsp; nous dira,si nous reviendrons un jour à<br /> ce qu\'il était avant. Nous saurons bien trouver de nouveaux signes de civilité. </p> <p><br /></p> </ss:templates:testimonial> </ss:templates:flexlayout>'


Possible Solutions:
- Catch this exception (Framework\Exceptions\Generic)


in /usr/lib/php/Oncord/stable/Framework/DOM/Features/Controls/TokenHandler/TokenHandler.inc.php line 194